Quand prendre sa retraite ?

Avec la réforme des retraites, l’âge légal de départ en retraite et l’âge de départ à taux plein ont été progressivement relevés. Ils sont fixés à 62 et 67 ans pour les générations nées à compter de 1955.

A quel âge prendre sa retraite ?

L’âge minimum pour obtenir la retraite de base est appelé l'âge légal de départ à la retraite. Il est déterminé en fonction de l'année de naissance. À partir de cet âge, il est possible, mais non obligatoire, de partir à la retraite.
Le montant de la retraite peut être diminué, notamment si le nombre de trimestres nécessaire n'est pas réuni.

À partir d’un certain âge, la retraite est calculée au taux maximum, quel que soit le nombre de trimestres. Cet âge à taux plein varie entre 65 et 67 ans, selon la date de naissance.

Majoration de durée d'assurance pour enfants

La loi de financement de la sécurité sociale prévoit un dispositif de majoration intervenant pour le calcul de la durée d'assurance pour l'obtention d'une retraite à taux plein. Trois critères : maternité, éducation et adoption.

Majoration au titre de la maternité

Cette majoration est attribuée à la mère biologique de l’enfant. Elle est de 4 trimestres par enfant en compensation des aléas de carrière liés à la grossesse et à l’accouchement.

Majoration au titre de l’éducation

Cette majoration est de 4 trimestres maximum. Elle peut être accordée à la mère ou au père au titre de l’éducation de l’enfant pendant les 4 années suivant la naissance ou l’adoption.

Majoration au titre de l’adoption

Cette majoration est de 4 trimestres maximum. Elle peut être accordée à la mère ou au père au titre de l’incidence sur leur vie professionnelle des démarches d’adoption et de l’accueil de l’enfant.

Majorations attribuées au père dont l'enfant est né (ou adopté) avant le 1er janvier 2010

Le père ayant élevé seul son enfant pendant une ou plusieurs années avant ses 4 ans (ou dans les 4 ans suivant l’adoption) peut bénéficier d’un trimestre de majoration par année complète d’éducation.

Racheter des trimestres de retraite

Pour bénéficier d'une retraite de base à taux plein dès l'âge légal de départ, plusieurs dispositifs existent : rachat Fillon, rachat Madelin et rachat de trimestres pour les conjoints collaborateurs.

Rachat Fillon : années d'études et années incomplètes

Ce rachat de trimestres est ouvert à tous : salariés, salariés agricoles ou non agricoles, indépendants, professionnels libéraux etc. Il permet de racheter, sous conditions et dans une certaine limite, des trimestres au titre :

  • des années d'études supérieures (un dispositif particulier de rachat est ouvert pour les jeunes actifs)
  • des années civiles incomplètes, ayant donné lieu à la validation de moins de 4 trimestres

Rachat Madelin : trimestres manquants des 6 dernières années

En tant qu'assuré de la Sécurité sociale pour les indépendants ou radié depuis moins d'un an, il est possible de racheter des trimestres de retraite pour des périodes postérieures à 1972 avec les conditions d'ouverture suivantes :

  • avoir exercé exclusivement pendant cette période une activité relevant du RSI ou de la Sécurité sociale pour les indépendants, sauf sur les années incomplètes
  • être à jour dans le paiement des cotisations vieillesse et invalidité-décès
  • racheter pour les 6 dernières années, dont le revenu définitif est connu, la totalité des trimestres manquants par année

Rachat de trimestres pour le conjoint collaborateur

Ce rachat est ouvert jusqu’au 31 décembre 2020 aux conjoints.
Le conjoint doit :

  • être âgé d'au moins 20 ans et de moins de 67 ans
  • ne pas avoir liquidé sa pension de retraite artisanale ou commerciale
  • faire sa demande de rachat avant le 31 décembre 2020

Ce dispositif permet de racheter des trimestres dans la limite de 6 années (soit au total 24 trimestres) au titre des années où le conjoint n’était pas affilié volontairement comme conjoint collaborateur, avant la mise en place de l’affiliation obligatoire de ce statut. Il doit justifier sa participation directe et effective à l’activité de l’entreprise.

Retraite anticipée

Partir avant l'âge légal en cas de carrière longue ou de handicap.
Sous conditions pour les carrières longues et pour les travailleurs handicapés.

Retraite anticipée pour carrière longue

La retraite anticipée s'adresse aux personnes ayant commencé à travailler jeune (avant 20 ans) et permet de bénéficier d'une retraite de base à taux plein.
L'assuré peut bénéficier de la retraite complémentaire du régime général des salariés et des agricoles.

Les trimestres réputés cotisés

Quelles périodes prendre en compte ?
Les trimestres "réputés cotisés" correspondent aux périodes suivantes :

  • Service national dans la limite de 4 trimestres
  • Chômage (indemnisé à partir de 1980, indemnisé ou non avant 1980) dans la limite de 4 trimestres
  • Perception d'une pension d'invalidité dans la limite de 2 trimestres
  • Perception d'indemnités journalières maladie ou accident du travail* dans la limites de 4 trimestres
  • Perception d'indemnités journalières maternité ou adoption* selon un nombre de trimestres variable
  • Trimestres ou majoration de durées d'assurance au titre de la retraite anticipée pour pénibilité selon un nombre de trimestres variable

Retraite anticipée pour handicap

Les travailleurs handicapés peuvent prétendre à un départ en retraite anticipée à partir de 55 ans.

Cumuler retraite anticipée et emploi

Si le chef d'entreprise bénéficie d’une pension de retraite anticipée (carrières longues, handicap), tant qu'il n'a pas l’âge légal de départ à la retraite, il ne peut pas cumuler sa retraite et un revenu professionnel sans restriction.

Travailler plus longtemps : un montant de retraite majoré

Tout trimestre travaillé et cotisé après l'âge légal de départ à la retraite et au-delà de la durée d'assurance nécessaire pour avoir une retraite à taux plein procure une augmentation du montant de la retraite. Cette augmentation est appelée "surcote".
Cette majoration ou surcote s'applique aux périodes cotisées depuis le 01/01/2004.

Cumuler la retraite et une activité

Retraite progressive et cumul emploi-retraite permettent :

  • soit de bénéficier d'une partie de la retraite tout en poursuivant son activité à temps partiel
  • soit de cumuler pension de retraite et activité