News SSR 47 - décembre 2019

La lettre du Service Social Régional

Une année pleine de défis

Après une année 2018 consacrée à la construction du CPG maladie, nous sommes entrés dans le concret des nouvelles orientations.

La philosophie est claire : il s’agit de positionner le Service social comme service expert, intégré au sein des offres de l’Assurance Maladie. C’est un vrai changement d’approche : plutôt que développer notre activité, il s’agit de redonner du temps à l’accompagnement social. La volonté de la CNAM est de rendre lisible cet accompagnement structuré, d’où une exigence de formalisation accrue, notamment au travers du RNP.

L’évolution est importante. Pour autant, elle va dans le sens d’une reconnaissance de la spécificité de notre mission. Elle implique l’ensemble des professionnels du service, comme le montre le nouveau référentiel des CSAM(*).

Notre Carsat est également reconnue pour sa contribution aux projets nationaux : l’expérimentation de l’outil de téléphonie du Service social et l’extension de la mission de qualification en sont deux exemples. Mais c’est aussi pour la richesse des projets menés au sein de chaque équipe, ce qui fait tout l’intérêt de notre travail.

Merci à chacun pour son implication dans tous ces chantiers et excellentes fêtes de fin d’année !

isabelle-vauterin-47.png

Isabelle Vauterin, Directrice des Interventions Sociales

(*)Conseillère Sociale Assurance Maladie

trait-separation.jpg

Le Service social acteur du maintien dans l’emploi

"Acteurs, pratiques et outils du maintien dans l’emploi", tel était le thème du séminaire Maintien dans l’emploi du Maine et Loire qui s’est déroulé le 15 octobre dernier.

Cette journée aura été riche avec au programme l’actualité et des témoignages d’entreprises le matin et l’après-midi deux retours d’expérience avec notamment la participation du service social de la Carsat.

Notre intervention a porté sur l’implication médicale et sociale en faveur du maintien dans l’emploi.  avec le témoignage d’un assuré social. Autour de la table étaient présents, une assurée sociale accompagnée par notre service, Anne Claire Augereau, AS à Angers, Elodie Morice, responsable du site d’Angers et une coordinatrice et un médecin de la Maison Départementale à l’Autonomie (MDA). Ce témoignage aura illustré le rôle d’accompagnement et de coordination de l’assistante sociale autour du projet de l’assurée.

journee-maintien-emploi-47.png

Nous étions aussi présents sur le thème : Retour sur le devenir des bénéficiaires de MOAIJ, avec la participation de Maude Rousselot, AS à Cholet et Sébastien Mérand, responsable du site de Cholet.

Tous les deux ont pu reprendre les étapes du MOAIJ pour un assuré, et ainsi mettre en évidence les enjeux de la mise en œuvre d’un tel dispositif. L’accompagnement social dans la mise en œuvre d’un dispositif comme celui du MOAIJ est l’une des conditions de réussite pour un maintien en emploi.
Au cours de cette journée, le Service social a su démontrer qu’il était un acteur majeur dans le Maintien dans l’Emploi. Elodie Morice ou Sébastien Merand peuvent vous apporter toute précision.

Elodie Morice, Responsable du site d’Angers

Retrouvez le programme de la journée

trait-separation.jpg

Un engagement de 21 ans d’expertise de professionnels de terrain !

C’est depuis 1998 que la Carsat Pays de la Loire exerce la mission nationale de validation des applicatifs du Système d’Information du Service social. Merci à tous les collaborateurs qui ont œuvré tout au long de ces années. 

Retour dans le passé

Vous avez su vous investir dans cette mission nécessitant :

  • Aisance… pour effectuer des tests sur des applicatifs ou versions sans formation en amont,
  • Adaptabilité… pour tester dans différents environnements,
  • Précision…. Pour dérouler les cas de tests demandés avec des matrices Excel devenues de plus en plus complexe,
  • Souplesse… pour l’ajustement constant des plannings aux campagnes souvent reportées,
  • Patience… pour voir le fruit des demandes d’amélioration arrivées,
  • Analyse… pour trouver la cause d’anomalies tant cherchées ou pas d’ailleurs !
  • Persévérance… pour rester motivé tout au long des projets,
  • Curiosité… pour toujours poser des questions sur l’ergonomie et les fonctionnalités,
  • Exploration... pour tester les limites de l’applicatif, sa stabilité.

Une équipe de qualifieurs :

nuage-noms-engagement-47.png

Aujourd’hui une nouvelle réalité nous amène à étendre notre champ d’intervention vers la qualification des applicatifs des Risques Professionnels.
Notre organisation change et la mission de qualification avec des professionnels de terrain telle que nous la connaissons prend fin pour donner naissance à la création d’un Centre de Recette regroupant 4 analystes de tests à temps plein qui s’installeront au siège de la Carsat début 2020. C’est un nouveau départ…

Christèle Filliodeau, Responsable Centre de recette et Système d’information

trait-separation.jpg

La PDP en Loire-Atlantique

Le lundi 9 décembre s’est tenue au siège une journée d’échanges et d’information sur un sujet d’actualité : la prévention de la désinsertion professionnelle (PDP).

Cette réunion, organisée à l’initiative des assistantes sociales de Loire-Atlantique, avait pour objectif de délivrer des éléments sur les acteurs et les outils de ce dispositif, dans un environnement en pleine mutation. Elle a rassemblé une quarantaine d’Assistantes Sociales et Conseillère Sociale Assurance Maladie  du département. 

La matinée fut consacrée à des focus sur les acteurs et les outils de la PDP. Sans être exhaustive, la présentation a permis de faire le point et d’échanger autour de certains dispositifs précis comme l’essai encadré, le compte activité, la visite de pré-reprise ou encore la pension d’invalidité. L’après-midi a été consacrée à des ateliers d’échanges sur des situations concrètes vécues par des assurés et les réponses possibles, ce qui a permis de favoriser le partage de bonnes pratiques entre les assistantes sociales des sites de la Loire-Atlantique.

pdp-47.png

Un dossier One Note partagé sur le sujet va être alimenté par les participants. Vous pouvez également consulter la présentation de cette matinée si vous souhaitez, vous aussi, mettre en place des échanges et en savoir davantage sur cette orientation COG 2018/2021. L’un des objectifs est de proposer une approche encore mieux coordonnée entre les différents partenaires afin de favoriser le repérage et l’accompagnement précoces des assurés fragilisés.
Pour en savoir plus, vous pouvez contacter Lydie Bidan, AS à St Nazaire.

Anne Lemenuel, Chargée de communication

trait-separation.jpg

Le Service social et le PRADO

Le mardi 3 Décembre 2019, la Cpam de Loire-Atlantique a organisé le 3ème séminaire des Conseillers Assurance Maladie CAM PRADO des Pays de la Loire.

Au niveau des Cpam, il a été préparé par un groupe régional composé des managers des Unités Opérationnelles PRADO, du Dr Alain Heymans (Pôle RPS de la DRSM), de Julie Carlier (Pôle Coordination régionale GDR Pays de la Loire) avec l’accompagnement des pilotes régionaux, le Dr Annie Even (DRSM) et Mme Stéphanie Horala (Cpam 53).

Pour la première fois, le Service social régional de la Carsat (Bruno Dupré) a été associé en amont de cette journée, et a pu y participer avec la présence de Magalie Béziel, responsable du site de Nantes Beaulieu, Nadia Foucault, AS à Angers, Sébastien Mérand, responsable du site de Cholet et Anne Sécher, AS à Nantes Bretagne. Cette contribution du Service social est le signe d’une volonté commune de favoriser le déploiement de relations de coopération de proximité entre les différents acteurs du PRADO, à l’heure où la mise en œuvre prochaine d’un nouveau volet, le PRADO Personnes âgées, va renforcer et valoriser le rôle du Service social dans le contexte de la sortie d’hospitalisation.

prado-47.png

Le matin, Eric Haushalter, Directeur adjoint au Département de la coordination et de l’efficience des soins de la Cnam, est intervenu sur le thème "Comprendre les évolutions à venir du PRADO". La matinée s’est clôturée sur un partage d’expériences des CAM de Loire-Atlantique et de Maine-et-Loire concernant le PRADO AVC.

Après un déjeuner pris en commun, l’après-midi s’est poursuivi par un travail en ateliers thématiques, animés par des CAM. Nadia Foucault et Anne Sécher ont ainsi pris part à l’atelier "Comment porter l’offre du Service social de l’Assurance Maladie", et Bruno Dupré à celui relatif à la "Gestion des entretiens difficiles : quels outils et/ou organisation seraient à mettre en place ?".

Les différents échanges qui se sont succédés lors de cette journée, outre les questions de méthode et d’organisation spécifiques à la mise en œuvre du PRADO pour les CAM, confirment combien un travail de renforcement des coopérations des acteurs locaux du PRADO est nécessaire. Il est aussi pertinent pour favoriser les ajustements réguliers de pratiques conjointes permettant une mise en œuvre fluide de ce programme.

N'hésitez pas à contacter Bruno Dupré pour en savoir plus.

Bruno Dupré, Chargé d’études et de développement de projets.

trait-separation.jpg

Coproduire le changement par le DPA

Ce livre donne la parole aux professionnels formés à l’approche DPA-PC (Développement du pouvoir d’agir des personnes et des collectifs) et aux personnes ayant bénéficié de cet accompagnement.

Il analyse la manière dont celles-ci se sont emparées de cette approche pour agir par elle-même et sortir de l’impuissance. Le DPA s’avère aussi une piste prometteuse pour amener les intervenants de terrain à dépasser leur mal-être actuel.

A l’appui de témoignages de douze professionnels et personnes concernées, cette étude de terrain dégage des pistes de réflexion et d’action pour les pratiques professionnelles.

Quelques extraitslivre-coproduire-le-changement-47.png

Page 102
"Chaque usager doit retrouver la confiance qu’il a, lui, et pas qu’on lui donne de la confiance ou du pouvoir. Aujourd’hui, j’ouvre ma boîte aux lettres et le courrier. Si je l’ouvre, c’est que j’ai confiance de ce qui va arriver et dans ce que je vais faire. Ce que vous pouvez apporter aux usagers, c’est qu’ils aient confiance en eux." (Arnaud, une personne concernée).

Page 104
De La posture du sauveur
L’autre posture repérée par les personnes est celle du sauveur qui "veut que la personne s’en sorte", qu’elle prenne les bonnes décisions ; ce qui amène souvent le professionnel à vouloir faire prendre conscience à l’autre de ce qui serait bien pour lui. Le problème, c’est que ce bien est évalué de son unique point de vue. L’intervenant en posture de sauveur s’investit énormément, anticipe les problèmes, cherche à protéger la personne qu’il accompagne.
A celle du passeur
Quand on travaille à partir de l’approche DPA-PC, on opte pour la posture du passeur, c’est-à-dire sur le fait de marcher côte à côte pendant un bout de chemin, le but étant que la personne franchisse elle-même l’obstacle qui l’empêche d’avancer. Cette posture implique un changement de regard sur les personnes, regard qui n’est plus focalisé sur les manques qui seraient à combler, mais sur les potentialités.

Les auteurs :
Brigitte Portal a été assistante de service social et cadre pédagogique en IRTS. Elle est formatrice à l'approche DPA-PC et membre fondatrice des associations ANDA-DPA et AIDPA.
Claire Jouffray est ancienne assistante de service social et cadre pédagogique. Formée à l'approche DPA-PC, elle est intervenue pendant plusieurs années dans le champ de la formation continue des travailleurs sociaux et est membre fondatrice de l'Association ANDA-DPA.

Isabelle Peronne, Chargée d’études et de développement de projets

Pour en savoir plus

Coproduire le changement par le DPA ; le point de vue des personnes et des professionnels
Presses de l’EHESP, série Savoirs Pros, 2019