News SSR 44 - mars 2018

La lettre du Service Social Régional

Les référents qualification en première ligne !

La dernière réunion Système d’Information avait eu lieu le 31 mai 2017 en forme de séminaire avec ateliers thématiques. Il était grand temps de les reprendre.

Sous l’égide de Christelle Filliodeau, les référents du Système d’Information se sont réunis en 2 sessions les 10 et 18 décembre dernier. L’ordre du jour était copieux et les échanges nombreux.

A retenir de ces 2 jours :

  • l’arrivée de la nouvelle version GAIA Individuel (Fusion IC vers l’AS),
  • des propositions de formations (initiale pour les nouveaux embauchés et continue pour les autres) pour 2019.

Plusieurs perspectives se profilent à l’horizon. L’arrivée de la nouvelle GSC début 2020 sera marquée en 2019 par notre investissement dans la Mission Nationale de Qualification. La campagne de tests pour la GSC doit débuter dès la mi-mai et s’échelonner jusqu’ à la fin de l’année.

Les référents qualification seront en première ligne !

referents-qualif.jpg

En savoir plus...

Contacter Christelle Filliodeau

Christelle Filliodeau & Christine Gautier

trait-separation.jpg

Fin de chantier pour les Accueils

Dernière ligne droite, les unités de Service social d’Angers, Beaulieu et Saint Nazaire sont au coude à coude pour boucler leurs chantiers "signalétique d’accueil".

Ces travaux avaient démarré dans les unités de Cholet, Angers (une première fois rue de la Rame puis en ce début d’année dans les nouveaux locaux de la Cpam) et Le Mans en 2017 et 2018.

salle-attente-beaulieu.jpg

Dorénavant, le Service social de la Carsat offre à ses publics une image cohérente et moderne de ses accueils situés au cœur des caisses primaires d’Assurance Maladie. Une pierre de plus pour notre notoriété !

Karine Perruche

trait-separation.jpg

Ensemble, facilitons la sortie d'hospitalisation

Après le Maine et Loire et la Vendée, une rencontre inter-régime avec les établissements de santé de la Loire-Atlantique s’est tenue le 14 janvier dernier à la Carsat.

Cette rencontre a été préparée avec Fabienne Ifrah-Belaïche et son adjointe Christine Gouley, cadres socio-éducatives Responsables du Service social du CHU. L'une et l'autre se sont montrées très intéressées pour contribuer à l'organisation de cette réunion, notamment en étant le vecteur de l'invitation de l'ensemble des acteurs concernés sur le département de Loire-Atlantique. La réunion aurait pu se tenir dans un amphi du CHU mais le calendrier ne l’a pas permis. Le Département Marketing social, Communication et Documentation a été associé pour une gestion automatique des invitations et des inscriptions avec un suivi et des relances.

reunion-sortie-hosp.jpg

La rencontre a aidé à mieux connaître les offres de services des différents régimes pour faciliter l'accompagnement des patients lors de leur sortie d'hospitalisation. Les échanges ont permis aux assistants de service social de mieux cerner la diversité des interventions et de mieux comprendre la place de chacun.

Le Service social et l'Action Sociale Retraite de la Carsat sont désormais mieux identifiés dans le dispositif du retour à domicile des patients hospitalisés.

Christine Gautier

trait-separation.jpg

En savoir plus...

Visualisez la présentation "Accompagnement à la sortie d'hospitalisation"

Contacter Bruno Dupré

Un partenariat renforcé dans le champ de la PDP !

Jacques Mainguy, responsable réseau et développement de projet, nous en dit un peu plus sur cette nouvelle convention en cours de signature avec le Fongecif. Nous l’avons rencontré…

Avec la réforme de la formation professionnelle, le conseiller en évolution professionnelle (CEP) devient un acteur majeur pour informer les assurés et faciliter leur accès à des ateliers d’orientations suivis de rendez-vous personnalisés. Pour Jacques, se rapprocher du Fongecif, c’est s’ouvrir de nouveaux horizons dans l’accompagnement des personnes en arrêt de travail.  Cette convention va permettre à ces assurés de bénéficier des offres de services du Fongecif en complément de notre intervention. Le Service social va pouvoir solliciter le Fongecif pour activer une nouvelle prestation : PMSMP (période de mise en situation en milieu professionnel).

Inversement les CEP du Fongecif pourront orienter vers le Service social lorsqu’ils rencontreront des salariés en arrêt de travail. Cette convention vient renforcer un partenariat déjà bien présent et coordonne le parcours du salarié en arrêt de travail. Elle élargit aussi la cible car elle vise l’ensemble des personnes en arrêt de travail et pas uniquement celles reconnues travailleur handicapé. Jacques souligne que l'accompagnement du CEP, avec possibilité PMSMP, peut être une alternative intéressante, et gratuite, au bilan de compétences. Et de plus, pour une PMSMP de courte durée, l’avis du médecin conseil n’est pas nécessaire.

logo-fongecif.jpg

Concrètement, la convention est en cours de signature auprès des 5 Cpam de la région et du Service Médical Régional. À Angers, Le Mans, Laval et Saint-Nazaire, un conseiller en évolution professionnelle est venu présenter les différents dispositifs de la formation professionnelle au Service social. Pour les autres sites, cela va se faire dans les prochaines semaines.

Pour Jacques, un seul mot d’ordre : y recourir chaque fois que possible !

En savoir plus...

Écrivez à Jacques

Consulter le texte intégral de la convention

Le point de vue de la professionnelle du terrain

Lydie Bidan, AS à St Nazaire, est depuis longtemps investie dans le champ de la PDP. Son parcours personnel et professionnel l’a amenée à être l’inspiratrice de cette nouvelle convention. Découvrez son avis.

Pour Lydie, la mise en œuvre de cette convention s’inscrit dans l’accompagnement des personnes en arrêt de travail. Elle est un "plus" en termes de sécurisation des parcours et évitement des ruptures du statut de salarié. Pour elle, les effets portent sur 3 points.

  1. Une meilleure lisibilité dans le parcours du salarié qui doit se reclasser. La formation est un des outils possibles qui vient compléter les dispositifs déjà existants sans entrer en concurrence. Lydie précise "notre rôle : mesurer l'outil le plus approprié pour fluidifier le parcours de l'assuré, faire en sorte qu’il n’y ait plus deux accompagnements parallèles mais un parcours linéaire".
  2. Cette coordination apporte une assurance au salarié accompagné. Il entend un discours cohérent, bénéficie d’une prise en charge pertinente et élargie, autant de facteurs jouant sur sa motivation et limitant les découragements, la perte de confiance en soi.
  3. Enfin, la mise en œuvre de cette convention est un moyen pour les assistants de service social de "se professionnaliser" et de développer leurs réseaux, pour, au final, apporter un meilleur service. Lydie ajoute "le paysage de la formation professionnelle est en pleine évolution. Le fait de rencontrer les conseillers en évolution professionnelle (CEP) et de multiplier les échanges nous permet d’en savoir plus sur ce secteur assez complexe et par conséquent de gagner en professionnalisation".

En conclusion, Lydie souligne que cette convention est le maillon qui manquait dans le champ de la PDP.

Christine Gautier

En savoir plus...

Vous voulez profiter de l’expérience de Lydie ? Contactez-la par mail

Consulter le site du Fongecif

trait-separation.jpg

Un temps pour soi

Tel est le titre du grand chantier dans lequel se sont lancées Véronique Douaud et Fabienne Chartier, AS à Nantes Bretagne, en ce début d’année. Un projet innovant en test jusqu’à décembre 2019.

Depuis plusieurs années, des groupes d’échanges fermés sont proposés sur Bretagne par Fabienne Chartier pour les personnes atteintes de pathologies lourdes. Ces groupes ne permettaient pas d’intégrer des personnes au fil de l’eau en fonction des besoins. Par ailleurs, le constat d’une augmentation importante du nombre d’assurés en arrêt longue maladie présentant un syndrome d’épuisement professionnel nécessitait une prise en charge sociale spécifique. La nouvelle formule proposée permet de répondre à ces deux objectifs : intégrer des personnes dans le groupe d’échanges toute l’année suivant les demandes exprimées et proposer une prise en charge collective spécifique aux personnes en souffrance au travail.

veronique-fabienne.jpg

Véronique Douaud & Fabienne Chartier

L’innovation réside dans le fait que le projet est scindé en 2 parties. Tout d’abord, un groupe ouvert d’une quinzaine de personnes, avec une participation libre de 1 à 8 séances maximum, avec 1 séance toutes les 3 semaines. La 1ère réunion s’est tenue le 19 février dernier. L’objectif de ces réunions est de proposer un espace de rencontre, de créer du lien entre les personnes pour leur permettre de s’exprimer sur leur vécu et les aider à sortir de leur isolement. Les thèmes seront déterminés par les participants.

Ces derniers souffrent soit d’une pathologie lourde et invalidante et/ou expriment une souffrance au travail. Ils ont tous en commun d’être en arrêt de travail ou en invalidité.

Parallèlement et sans interrompre les réunions, à partir du mois d’avril, Véronique et Fabienne leur proposeront de participer à des ateliers thématiques, sur inscription, réunissant 8 personnes au plus.

Le 1er atelier (en avril) se déroulera en 2 séances :

  1. La notion de bien être, se connecter à son corps.  Il n’est pas prévu d'intervenant extérieur. Elles utiliseront leurs propres compétences : méditation, respiration yoguique et qi qong.
  2. L'image de son corps, à partir du photolangage, pour retrouver une vision positive de son corps.

En mai, l’atelier portera sur la confiance en soi. Véronique et Fabienne s’appuieront sur des fiches de l’outil Comete.

Enfin, en juin, le dernier atelier s’adressera uniquement aux personnes en souffrance au travail. Il essaiera d’aider les participants à répondre en 3 séances aux questions suivantes :

  1. Comment j'en suis arrivé à une situation d’épuisement professionnel ? Quelles sont les limites que j’ai dépassées ?
  2. Comment retrouver le désir de travailler ? Travail sur ses envies, ses capacités
  3. Comment reprendre pied dans le domaine professionnel ? concrétisation/action.

Ainsi, un 1er cycle sera "bouclé" avant les vacances. Et un nouveau reprendra après l’été sur le même schéma avec ces mêmes personnes pour celles qui n’auraient pas pu faire l’ensemble des ateliers ou de nouvelles.

A noter, précise Véronique, que les participants doivent suivre 3 séances de groupe ouvert pour participer aux ateliers. Ceux-ci peuvent être suivis selon les besoins de chacun. Seul l’atelier sur l’épuisement professionnel nécessite un engagement sur 3 séances.

En résumé : un groupe à la fois ouvert et fermé et des réunions d’échanges plus des ateliers uniquement pour ceux qui le souhaitent.

Le planning de Véronique et Fabienne s’annonce donc bien cadencé pour les prochains mois. Ce projet les enthousiasme car dès la 1ère réunion, la dynamique de groupe et les échanges se sont rapidement mis en place entre les participants. Véronique tient à ajouter qu’elles ont aussi bénéficié d’un soutien du Département QVT qui leur a donné des idées et des outils pour l’animation.

Christine Gautier

En savoir plus...

Écrivez à Véronique et Fabienne